SOLDES : 1 VÊTEMENT ACHETÉ, 2 BIJOUX OFFERTS JUSQU'AU 23/07 23H59 !

Une question ? contactez-nous : afroelegance.france@gmail.com

Chris Seydou, le père de la mode africaine

Chris Seydou, le père de la mode africaine

Les jeunes créateurs africains s'imposent dans l'industrie de la création et il est difficile de les ignorer. De la mode au design textile, les jeunes créateurs noirs établissent une nouvelle norme dans l'industrie du design, tout en disposant d'un marché international important vers lequel ils exportent leur art. Dans cette édition de Designer Spotlight, nous revenons sur les origines de ce phénomène. Nous présenterons dans cet article Chris Seydou et expliquerons pourquoi on l'appelle le père de la mode africaine.

Sommaire

  1. Qui est Chris Seydou ?
  2. La brillante carrière de Chris Seydou en tant que designer
  3. Transformer les modèles traditionnels : Le phénomène Bogolan
  4. Quelques-uns de ses designs qui attirent l'attention

Conclusion

Qui est Chris Seydou ?

Chris Seydou est né Seydou Nourou Doumbia le 18 mai 1949 et est décédé le 4 mars 1994. Il était un créateur de mode malien remarquable pour son utilisation des textiles maliens, en particulier le bogolanfini (toile de boue).
Seydou est né à Kati, dans la région de Koulikoro au Mali, et a passé une partie de son enfance à Ouagadougou (aujourd'hui capitale du Burkina Faso) avant de retourner à Kati avec sa mère en 1963. Dès son enfance, il commence à dessiner et à créer des vêtements pour poupées. Mais en 1965, il entre en apprentissage chez le tailleur Cheickene Camara à Kati. Il retourne à Ouagadougou en 1967 et ouvre sa première boutique de tailleur.

En 1981, Seydou s'installe à Abidjan où il crée la marque Chris Seydou. Seydou a créé des vestes et des minijupes de style occidental à partir de motifs et de matériaux africains traditionnels pour la nouvelle marque, qu'il a promue aux États-Unis, en Europe et dans les villes d'Afrique de l'Ouest. Les modèles sont remarquables pour leur utilisation innovante du bogolanfini, un tissu traditionnel teint dans la boue. En 1990, Seydou se rend au Mali et se lie d'amitié avec Alpha Oumar Konaré, le futur président du pays.

La brillante carrière de Chris Seydou en tant que designer

Chris est largement considéré comme le "père de la mode africaine". Il a commencé son travail en s'inspirant du concept de la couture africaine. En 1969, Abidjan était à l'avant-garde de la création de mode africaine et Seydou y a connu un grand succès, créant des vêtements pour de nombreuses dames riches et puissantes de la ville.

À partir de 1972, Seydou passe sept ans à Paris pour étudier la mode européenne. À Paris, il rencontre d'autres artistes et stylistes africains avec lesquels il fonde la Fédération africaine de prêt-à-porter, une organisation destinée à promouvoir les stylistes africains sur la scène internationale.

Seydou est également l'un des trois fondateurs de la Fédération internationale de la mode africaine. La Fédération continue d'être un lieu de rencontre important pour les créateurs africains. Seydou a découvert que ses œuvres plaisaient aux femmes africaines à la recherche de vêtements "à la mode occidentale", tandis que les femmes européennes admiraient son "exotisme". Ces femmes achetaient ses œuvres non pas parce qu'il était africain, mais parce qu'il "ajoutait un sens africain" à ses créations, comme l'a indiqué Seydou lors d'une interview.

boubou africain homme

Transformer les modèles traditionnels : Le phénomène Bogolan

Le travail de Seydou avec le bogolan et d'autres textiles indigènes illustre l'équilibre délicat que de nombreux créateurs non occidentaux trouvent entre la culture locale et les marchés mondiaux. Plutôt que de maintenir les traditions locales, Seydou s'est efforcé de rendre les textiles maliens pertinents pour le design actuel. Son travail avec le bogolan démontre la valeur culturelle des tissus.

Certaines parties du tissu ont été modifiées, actualisées ou supprimées par Seydou, tandis que d'autres ont été préservées. Pour se décrire et décrire son travail, Chris Seydou a déclaré,

"Je suis un designer moderne qui comprend ce dont je suis capable et comment l'exécuter. Le bogolan peut servir de base culturelle à mon travail".

L'un des changements les plus importants qu'il a apportés au bogolan a été la densité de ses motifs, car le tissu présente généralement une gamme de motifs uniques. Seydou a trouvé la coupe et la création d'un vêtement dans ce tissu incroyablement difficiles, car il n'y a pas deux pièces identiques.

L'une des entreprises les plus célèbres et les plus importantes de Seydou dans le domaine du bogolan a été son partenariat en 1990 avec l'Industrie textile du Mali, une entreprise de fabrication de textiles basée à Bamako, pour laquelle il a développé et vendu un tissu inspiré du bogolan en 1990-1991. La mort de Seydou en 1994, à l'âge de 45 ans, a provoqué une onde de choc dans les secteurs de la mode, de l'art et de la culture populaire en Afrique de l'Ouest et au-delà. Nombreux sont ceux qui le considèrent comme le fondateur de la mode africaine.

Quelques-uns de ses designs qui attirent l'attention

L'utilisation massive d'imprimés africains est ce qui distingue le travail de Seydou de celui de ses pairs à l'époque. Il a rehaussé le statut de l'imprimé africain et aucune de ses créations n'est identique. Découvrez quelques-unes de ses créations les plus emblématiques.

Design #1

design_chris_seydou

Chris Seydou a conçu ce modèle Bongola de manière exotique. Il s'agit d'une robe complète qui met en valeur l'éclat de l'héritage africain. Comme le montre la photo, ce modèle se porte de préférence avec des accessoires de style afro.

Design #2

design_chris_seydou

Shade Thomas-Fahm, une autre créatrice de mode africaine, porte l'une des créations de Chris Seydou en guise de marque d'honneur. Ce modèle malien simple convient à toutes les formes de corps, et Shade a choisi le look maman sexy.

Design #3

design_chris_seydou

Le prochain sur notre liste est ce chef-d'œuvre de la collection Mudcloth de Melodia. Fabriqué à partir des motifs Bongolanfini de Chris Seydou, il est très "afro". Le pantalon de style jogger contient des motifs qui s'harmonisent parfaitement avec la chemise unie. De plus, la tenue est complétée par une écharpe et des chaussures à motifs afro.

Design #4

 design_chris_seydou

Le Bongolanfini de Chris Seydou s'adapte à un nouveau mélange et cette photo le montre parfaitement. Dans les années 60 et 70, lorsque Chris Seydou a popularisé ce modèle, il s'agissait d'un vêtement strictement traditionnel. Aujourd'hui, les jeunes le portent pour avoir l'air cool.

Conclusion

Chris Seydou a travaillé sans relâche pour faire connaître la mode africaine. Aujourd'hui, son travail est repris par des créateurs contemporains et l'Afrique est reconnue dans le monde entier. Ses efforts et ses sacrifices ont également permis de mondialiser ses propres créations, le Bogolan. Selon vous, qui devrait être notre prochain créateur ? Faites-le nous savoir dans les commentaires.

J'espère que le contenu de cet article a clarifié les questions que vous avez pu vous poser. Vous pouvez visiter notre boutique en ligne de vêtements et d'accessoires africains pour exprimer votre gratitude pour le travail acharné de notre équipe. Vous pouvez mettre notre boutique en favoris ou vous inscrire à notre newsletter pour être informé de nos dernières offres. Vous pouvez également acquérir votre e-book 100% gratuit pour plus d'informations sur les vêtements et accessoires africains. Je vous remercie ; à bientôt !

Livraison et retours
Livraison et retours

Livraison offerte en France (hors DOM-TOM). Les retours sont gratuits pendant 30 jours.

Paiement sécurisé
100% Paiement Sécurisés

Nous utilisons le cryptage SSL pour les paiements sécurisés.

Service client aux petits soins

Besoin d'assistance ? Nous sommes à votre service du lundi au vendredi de 9h à 18h.

Une sélection d'experts

Des vêtements africains fabriqués par une équipe de passionnés depuis plus de 20 ans.

Nous utilisons des cookies pour nous assurer que nous vous offrons la meilleure expérience sur notre site.